Géopolitique des canaux et détroits, des trains et des connections catastrophiques

Compartimos la traducción al francés,del artículo: "En el siglo XXI: Redes y entramados de la guerra" de Ana Esther Ceceña, aparecido originalmente en la revista: Revista América Latina en Movimiento No. 547: Panamá en Tehuantepec: Colonización ferroviaria del sureste de México, enero-febrero de 2020.

 

Imagen eliminada.

 

Grands défis géopolitiques

Après de nombreuses années de repli sur soi, la Chine est aujourd’hui en pleine expansion et étend son réseau à tous les coins du monde, met en difficulté la grande puissance hégémonique. Non seulement elle a envahi les marchés de biens de consommation de masse mais elle lui dispute le leadership dans les domaines de la technologie de pointe et développe une stratégie intelligente de pénétration {par en-dessous} pour avancer en consolidant ses bases. Un de ses atouts sont les infrastructures de communication qui sont proposées à des taux plus accessibles que ceux de l’arrogant leader mondial. La Chine, avec ses chemins de fer ou ses offres de connections multimodales, trace sa voie pour ses investissements et son commerce. En 2017 elle a établi des relations diplomatiques avec le Panamá, le pays-canal le plus important du commerce mondial et, désormais, Xi Jinping, le président chinois, a exprimé l’intention de « …consolider le Panamá comme centre logistique en Amérique latine » (Gandásegui, 2020).

Selon Marco Gandásegui (2020), depuis 2018, les visites de hauts fonctionnaires étatsuniens se sont succédées sans relâche pour dénoncer les relations du Panamá avec la Chine, à un point tel que Pompeo lui-même s’occupe de ce cas et ne perd pas une occasion de manifester la colère des États-Unis contre l’intromission de la Chine en Amérique, et, comme à l’accoutumé, s’adresse au Panamá sur un ton menaçant

Traduction:  Françoise Couëdel

Enlace al documento completo:  https://www.alainet.org/fr/articulo/205269.

Tipo de contenido geopolítica